Assainissement collectif

Comment ça marche ?

Collecte des eaux usées

Les eaux usées de nos habitations se déversent, par un réseau de façon gravitaire (le plus souvent) ou grâce à une ou plusieurs stations de relevage jusqu’à une station de traitement (station d’épuration). Il existe des réseaux unitaires et séparatifs :

  • un réseau unitaire est un système de collecte des eaux usées et des eaux pluviales qui transitent par une seule et même canalisation et se mélangent ;
  • un réseau séparatif est un système qui collecte les eaux usées dans un réseau et les eaux pluviales dans un autre. Il a l'avantage de mieux maîtriser le flux et la concentration en pollution et de mieux adapter la capacité des stations d'épurations.
Systemes réseaux

Que peut comprendre une eau usée ?

I - LES EAUX USÉES DOMESTIQUES
Elles proviennent des différents usages domestiques de l’eau dans nos maisons :

    • Les eaux ménagères (salles de bains et cuisines) sont généralement chargées de détergents, de graisses, de solvants, de débris organiques…
    • Les eaux-vannes (rejets des toilettes) chargées de diverses matières organiques azotées et de germes fécaux.


II - LES EAUX USÉES INDUSTRIELLES

Leurs caractéristiques varient d’une industrie à l’autre.En plus de matières organiques, azotées ou phosphorées, elles peuvent contenir :
-des produits toxiques
-des solvants
-des métaux lourds
-des micropolluants organiques
-des hydrocarbures…
Certaines de ces eaux usées font l’objet d’un prétraitement de la part des industriels avant d’être rejetées dans les réseaux de collecte.


III - LES EAUX PLUVIALES OU DE RUISSELLEMENT
Lorsque le système d’assainissement est dit « unitaire », les eaux pluviales sont mêlées aux eaux usées domestiques.
Les eaux de pluie ne sont pas dépourvues de pollutions et peuvent constituer une cause de dégradations importantes des cours d’eau.
Ces eaux se chargent :
-d’impuretés, au contact de l’air (fumées industrielles, résidus de pesticides…),
-de résidus déposés, en ruisselant sur les toits et les chaussées des villes (huiles de vidange, carburants, résidus de pneus, métaux lourds…).

step

Traitement collectif de l'eau

Il existe plusieurs types de traitement :

  • en filière dite "intensive" (boues activées, lit bactérien...) ;
  • en filière dite extensive (filtres plantés de roseaux, lagunage, ...).

En filière "boues activées" (Voir la vidéo), le traitement se divise généralement en plusieurs étapes : le pré-traitement (Il s'agit de retirer les gros déchets tels que branches, plastiques..., de retirer le sable de ruissellement et de retirer les graisses en surface), le traitement primaire (c'est une simple décantation qui permet de supprimer la majeure partie des matières en suspension) et le traitement secondaire (C'est le développement de bactéries qui "mangent" les déchets de l'eau. Les boues d'épuration sont les bactéries et boues physico-chimiques qui résultent de l'agglomération de matières grâces aux réactifs pour faciliter leur évacuation).

 

En filière dite extensive (filtres plantés de roseaux, lagunage) :

C'est un processus naturel par filtration sur des matériaux. Ce système comprend deux étages successifs de filtres plantés de roseaux, c'est-à-dire que les eaux usées traversent, de haut en bas et successivement, un filtre primaire et un filtre secondaire.

Le filtre primaire : Les eaux usées dites brutes sont réparties en haut sur la surface du filtre. Elles passent à travers une couche de granulats filtrants assez fins, une couche de transition de granulats moyens et enfin une couche de granulats drainants plus grossiers. Ces eaux filtrées sont recueillies puis évacuées vers le filtre secondaire par un système de drains.

Le filtre secondaire : L'épuration s'effectue grâce aux bactéries qui se développent sur les matériaux et racines des roseaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Contrôle des installations

Le SESAM réalise sur son territoire des diagnostics d’assainissement collectif. Il s'agit du contrôle du branchement des canalisations de votre habitation à celles du réseau d'assainissement collectif, afin d’évaluer si celui-ci ne comporte pas d’anomalies susceptibles d’impacter le milieu naturel (fuites ou raccordement des gouttières dans le réseau).

Plus d'infos : CLIQUEZ ICI